Equity and protected areas

Évaluer l’équité

Les utilisateurs de Protected Planet qui souhaitent effectuer une évaluation sur l'équité d'une aire protégée particulière, en utilisant les questions d'orientation ci-dessous, sont invités à remplir ce questionnaire : https://goo.gl/forms/hayPuxi5IG0aSeVu1.

L'équité sociale est constituée de trois dimensions: la distribution, la procédure et la reconnaissance. Ces dimensions sont essentielles pour évaluer l'équité sociale dans les aires protégées.

Une étude s'est récemment appuyée sur ces dimensions pour proposer une série de dix indicateurs pour évaluer l'équité dans les aires protégées à l'échelle mondiale1. Ces indicateurs ont été testés sur un ensemble d'aires protégées à travers le monde. L'étude est présentée ici en tant qu'exemple de la façon dont l'équité pourrait être évaluée plus largement dans le futur. D'autres approches ont également été testées pour évaluer l'équité sociale à l'échelle de sites2.

Les auteurs de l'étude présentée ici ont développé une série de questions directrices pour aider à évaluer l'équité. Ces questions sont destinées à être distribuées aux parties prenantes des aires protégées sous la forme d'un questionnaire.

Dans une situation idéale, un éventail diversifié de parties prenantes devrait répondre aux questions pour une aire protégée donnée (par exemple, un garde forestier, un représentant de l'autorité de gouvernance de l'aire protégée, un représentant d'une communauté vivant à l'intérieur ou à côté de l'aire protégée). Les questions peuvent être utilisées pour évaluer le niveau d'équité d'une aire protégée, mais aussi la divergence d'opinions sur son niveau d'équité. Un niveau élevé de divergence pourrait en soi indiquer que l'aire protégée pourrait être gérée de manière plus équitable et plus transparente.

Les questions sont résumées ci-dessous :

1.Les identités culturelles des groupes d'acteurs locaux ont-elles contribué à la conception et à la mise en œuvre des actions de gestion dans l'aire protégée ?

L'identité culturelle concerne les valeurs et la culture d'un groupe de personnes, y compris leur relation à la nature et croyances religieuses.

2.Les systèmes de savoirs traditionnels sont-ils inclus dans la gestion de l'aire protégée ?

Les systèmes de savoirs traditionnels concernent les pratiques d'utilisation des ressources utilisées par les populations autochtones ou locales pour gérer les ressources naturelles (par exemple, l'aménagement du territoire traditionnel, les systèmes agricoles traditionnels ou les pratiques de pêche). Les systèmes légaux sont des pratiques et des principes non traditionnels (par exemple, des principes scientifiques).

3.Les groupes de parties prenantes locales ont-ils conservé leurs droits statutaires et coutumiers lors de l'établissement ou la gestion de l'aire protégée ?

Les droits coutumiers sont des « modèles traditionnels établis de normes pouvant être observés dans un contexte socioculturel particulier » et sont pertinents pour la gestion d'une aire protégée, comme les formes locales d'autorité, l'aménagement du territoire traditionnel, l'accès local et les droits d'utilisation-. Ils diffèrent (mais peuvent coexister avec) le droit formel de l'État (droits statutaires).

4.Le consentement libre, préalable et éclairé (FPIC en anglais) concernant l'aire protégée a-t-il été obtenu ?

Le FPIC est un processus consultatif qui permet aux personnes locales et autochtones potentiellement affectées d'engager un dialogue ouvert et éclairé avec des personnes étrangères intéressées à utiliser les aires qu'ils occupent ou utilisent traditionnellement, et de décider de consentir ou non à l'utilisation de l'aire en question.

5.Les groupes d'intervenants locaux sont-ils satisfaits de la façon dont les décisions sont prises en matière de gestion de l'aire protégée ?

6.Les groupes d'intervenants locaux sont-ils en mesure d'accéder aux informations sur la planification de la gestion ?

La planification de la gestion réfère par exemple aux réglementations concernant l'accès à des endroits spécifiques de l'aire protégée ou à l'utilisation des revenus provenant du tourisme ou de la chasse au trophée.

7.Les groupes d'intervenants locaux sont-ils capables de résoudre les différends de manière satisfaisante par le biais des mécanismes existants ?

Les différends pourraient impliquer des problèmes de relocalisation ou une indemnisation pour les dommages causés aux cultures et au bétail.

8.Les groupes d'intervenants locaux savent-ils à qui adresser leurs préoccupations pour résoudre les problèmes liés aux mesures de gestion ?

9.Existe-t-il des mesures visant à atténuer les charges imposées aux groupes d'intervenants locaux vivant au sein ou à proximité de l'aire protégée ?

Les charges consistent par exemple à empêcher le défrichement des terres pour l'agriculture ou d'autres activités de subsistance, la perte d'accès aux ressources naturelles ou les dommages aux cultures.

10.Les ménages des groupes d'intervenants locaux bénéficient-ils d'actions de gestion à travers un système culturellement accepté de partage des bénéfices ?


Chacune de ces questions est présentée avec trois réponses à choix multiples, correspondant à un score de 1 (l'aire protégée n'obtient pas un score élevé pour cet indicateur: la gestion n'améliore pas cet aspect de l'équité sociale dans l'aire protégée), 2 (l'aire protégée obtient un score moyen sur cet indicateur: la gestion améliore quelque peu cet aspect sur l'équité sociale dans l'aire protégée) ou 3 (l'aire protégée obtient un score élevé pour cet indicateur: la gestion renforce fortement cet aspect de l'équité sociale dans l'aire protégée).

Bien qu'elles ne soient pas incluses dans le questionnaire, les questions suivantes sont également importantes pour évaluer l'équité :

1.Une étude a-t-elle été réalisée pour identifier les groupes de personnes vivant au sein ou à proximité de l'aire protégée, leurs intérêts, leurs préoccupations et les impacts que l'aire protégée peut avoir sur eux ?

2.Quels sont les groupes d'acteurs locaux pertinents impliqués dans la promotion de l'équité sociale dans les aires protégées ?

Références

1Zafra-Calvo, N., Pascual, U., Brockington, D., Coolsaet, B., Cortes-Vazquez, J.A., Gross-Camp, N., Palomo, I. and Burgess N.D. (2017). Towards an indicator system to assess equitable management in protected areas. Biological Conservation 211, 134-141. Doi: https://doi.org/10.1016/j.biocon.2017.05.014

2Dawson, N., Martin, A. and Danielsen, F. (2017), Assessing Equity in Protected Area Governance: Approaches to Promote Just and Effective Conservation. Conserv. Lett., Doi:10.1111/conl.12388.